In vino

Les fêtes opportunité de partage, révèlent souvent la timidité des convives ou de plus jeunes à confesser, au détour d’un soupir, “Le vin, il est bon mais je n’y connais rien”.

L’épicurien se remémore toujours ses premières fois, les bonnes comme les mauvaises expériences sans gêne ni honte, en moment de solitude ou entourés d’amis, de petits dîners ou grandes occasions.

Pour débuter les dégustations de vins en toute simplicité, une petite bible à utiliser en cailloux blancs “Le vin c’est pas sorcier” d’ophélie Nieman  (Miss glouglou sur lemonde.fr).

A l’étape suivante,  l’épicurien s’appuie sur ses amis pour associer les mets et les vins. En cas de posture studieuse résolue, s’appuyer sur le Gault et Millau de Philippe Toinard pour ne pas se tromper sur les meilleurs accords possibles.

Pour érudits,  plongez sans retenue, tel un  livre de cave, sur l’un des meilleurs mangas de l’univers lifestyle : “Les gouttes de Dieu” d’Agi Tadashi et Shu Okimoto, dans les meilleures librairies, une saga prétexte à un tour du viticole, d’une sobriété et la simplicité d’érudit.

 

 

L’ultime étape ou très charmante idée d’anniversaire,  participer à un “wine diners” de François Audouze, aka Le “Pape des vins”  un collectionneur de trésors et épicurien.